Quartier Prostituées Japon

quartier prostituées japon Si vous n’avez pas entendu parler de l’Unité des travailleurs du sexe japonais, préparez-vous à être choqué. L’existence de l’Unité des travailleurs du sexe japonais est si controversée qu’elle a été interdite dans plusieurs pays, dont le Japon. En plus d’interdire l’unité, de nombreux pays tentent d’arrêter l’industrie de la prostitution au Japon avec l’aide des Nations Unies et d’autres organismes internationaux. Le chef de l’unité, une femme du nom de Rinko Futami, serait une sorcière qui aurait contraint de jeunes filles à travailler comme prostituées pour des hommes riches. Il y a environ 1500 prostituées qui travaillent dans le district de Shimane et la plupart sont des adolescentes.

En décembre de l’année dernière, troisième année de fonctionnement de l’unité, deux femmes chinoises ont été assassinées par la police pour avoir tenté d’échapper à la prostitution. Les deux femmes ont été brûlées vives dans la buanderie pendant que la police arrêtait les suspects. L’inspecteur de police Takuo Yamabuki a déclaré: “Les victimes ont été tuées parce qu’elles ont tenté de fuir l’entreprise au lieu d’y travailler.” Il a ajouté que les deux femmes figuraient parmi les premiers cas de prostitution que la police avait rencontrés à Shimane. Plus tôt en août de cette année, une autre femme a été brûlée vive alors qu’elle tentait de s’échapper du réseau de prostitution.

Depuis la création de l’unité, plus de trois cents personnes sont mortes sur place et des centaines ont été blessées. La police a accusé deux hommes du meurtre des deux Chinoises et un homme d’homicide involontaire. Tous les suspects restent en liberté. Beaucoup de gens pensent que les trois décès ont été causés par les liens entre les autorités locales et le commerce de la prostitution. D’autres personnes ont également soulevé des questions sur le rôle joué par la police, affirmant qu’elle avait été trop rapide à agir et que le vrai problème se situait au sein même du quartier.